La PS3 hackée, cette fois pour de bon et avec accès au PSN

Publié par le

On se souvient tous de l’affaire Geohot contre Sony, ou encore plus récemment du PSN complètement hors service et des hordes d’usagers de la PS3 mécontents (et on peut les comprendre) de ne pas pouvoir jouer en ligne. Aujourd’hui, alors que les mésaventures de la grosse boite noire avec les hackers semblaient s’éloigner, on apprend qu’elle vient d’être définitivement hackée. Jusque là, en installant un Custom Firmware, il était possible de télécharger un jeu et d’y jouer, mais sans pouvoir utiliser le PSN pour autant.

Toutes ces manigances viennent de faire un sacré bon en avant avec la diffusion par des hackers de la clé LV0, anciennement cryptée, qui permet de vérifier le firmware de la console. Pour la petite histoire, c’est un groupe de hackers se nommant « The Three Muskateers » (les trois mousquetaires) qui a réussi cet exploit. Ne voulant pas diffuser le fruit de leur travail, personne n’en avait parlé jusque là. Mais à force de partager cette combine entre hackers, elle serait tombée entre de mauvaises mains, et une firme aurait voulu en faire le commerce. Nos trois mousquetaires bien intentionnés auraient juste souhaité lui couper l’herbe sous le pied en rendant publique l’information. Le problème avec toute cette histoire, c’est que du côté de chez Sony, il semble bien qu’un patch n’est absolument pas envisageable, pour la simple et bonne raison que la clé LV0 ne peut être modifiée, puisqu’il faut absolument qu’elle soit la même sur toutes les consoles.

Alors que reste-t-il à la firme nippone comme solution pour endiguer le futur flot de jeux que vont acquérir les joueurs de manière illégale ? Croiser les doigts, et espérer que, comme en France, d’autres pays proposeront un système de filtrage répréhensif à l’encontre de ceux qui  téléchargent des jeux ! Alors la PS3 hackée, est ce une bonne nouvelle ou cette évènement ne fera-t-il que pousser les grandes firmes du jeux vidéo un peu plus sur le chemin de la répression des téléchargements illégaux ?


A lire aussi


À voir aussi