MegaUpload : Kim Dotcom, ça en est où ?

Publié par le

 

Un vrai bordel en somme… Et si on récapitulait ? 

 


 

21 mars 2005

Création de la société MegaUpload par Kim Schmitz à Hong-Kong, incluant MegaUpload, MegaPix, MegaVideo, MegaLive, MegaBox et MegaPorn .

 

 

9 décembre 2011

MegaUpload publie « The Mega Song », une vidéo promotionnelle mettant en vedette des artistes populaires tels que Kanye West, Will.i.am, P. Diddy, Alicia Keys, Kim Kardashian, Jamie Foxx, et divers autres musiciens, acteurs, et athlètes. La vidéo est rapidement retirée par YouTube à la demande de Universal Music Group pour des raisons inconnues, en citant un accord entre Universal Music Group et YouTube. Kim Dotcom souhaite poursuivre en justice UMG et YouTube.

 

 

5 janvier 2012

L’acte d’accusation à l’encontre de MegaUpload est prononcé, Kim Dotcom et 6 de ses associés sont poursuivis pour Racket, enfreinte des lois sur le droit d’auteur, et blanchiment d’argent.
Consulter l’acte d’accusation : http://www.justice.gov/opa/pr/2012/January/12-crm-074.html 

Il y a quelques jours les accusés se sont même permis de se foutre (un peu) du FBI en postant ces photos :

 

 

 

20 janvier 2012

Kim Dotcom se fait arrêter dans son château de Nouvelle-Zélande, le FBI et la police Néo-Zélandaise sont impliqués dans cet assaut. Le site est alors immédiatement fermé et les serveurs ainsi que toutes leurs données saisis, avant que le fondateur du site ne soit conduit à la prison centrale d’Auckland.

Au même moment, internet se révolte : Anonymous fait parler de lui suite à des centaines d’attaques de type DDoS sur les sites du gouvernement américain. Une guérilla numérique est déclarée.

Pour la terre entière, une seule raison explique cette arrestation : MegaUpload allait lancer très prochainement un service de téléchargement musical qui aurait pu ruiner l’industrie des majors du disque actuels, son nom : MegaBox. Tout ceci n’est qu’une conspiration.

 

 

22 février 2012

Kim Schmitz gagne enfin sa liberté sous caution après un premier refus. Il portera un bracelet électronique, devra rester dans le périmètre de sa maison, ne pas s’approcher d’un hélicoptère et aura l’interdiction d’utiliser internet.

Même privé de beaucoup de ses moyens financiers et libertés, c’est à partir de cet instant qu’il va pouvoir commencer à travailler sur sa défense avec ses avocats.

 

 

1 mars 2012

Première interview télévisée dans laquelle Kim Dotcom aura l’opportunité d’expliquer lui même sa situation. Selon lui, il n’est que la victime d’un coup monté par le lobby du divertissement Hollywoodien, et il se battra jusqu’au bout pour assurer sa défense.

« La mise à mort de Mega n’a été possible que grâce à la corruption des hautes classes politiques, servant uniquement les intérêts des extrémistes du droit d’auteur Hollywoodien. »

 

 


 

19 mars 2012

Premier vice de procèdure dans l’affaire, la police Néo-Zélandaise aurait en effet saisi les mauvais documents qui étaient nécéssaire à la perquisition des biens de Kim Dotcom.

 

2 avril 2012

Quelques semaines après cette bévue, les condition de sa liberté sont assouplies. Il pourra désormais se rendre à son studio d’enregistrement pour travailler à son album, utiliser internet pendant quelques heures par jour, et profiter de sa piscine.

 

 

23 avril 2012

Second vice de procèdure au bénéfice du fondateur des sites de partage, il aurait en effet du se voir signaler une infraction pénale avant d’être arrêté, mais cela n’a pas été fait.

 

28 avril 2012

Kim Dotcom récupère 750 000$ dont une partie en voitures de luxe (une broutille comparé à sa fortune estimée) qui avaient été bloqués par la justice. Ces dépenses serviront à payer ses dépenses légales, notamment ses avocats qui tentent de lui éviter l’extradition.

 

 

23 mai 2012

Les avocats de Kim Dotcom prétendent que des données ont été clonées par le FBI et envoyées aux États-Unis sans en avoir reçu la permission par le procureur. Une requête pour récupérer les serveurs confisqués est envoyée en réponse.

 

29 mai 2012 

Il peut désormais retirer son bracelet électronique et habiter dans son château. La justice estime qu’il n’y a plus de risque qu’il s’échappe, et jusque là il a respecté la totalité de ses conditions de liberté.

Son équipe d’avocats a désormais également le droit d’accéder aux mêmes informations que le FBI afin de pouvoir assurer au mieux la défense de leur client.

 

 

 

21 juin 2012

Kim Dotcom annonce sur son Twitter que MegaBox n’est pas mort ! *Un frisson parcourt le dos des majors du divertissement…*

 

24 juin 2012

« Piscine Party » au manoir Dotcom. Avoir des problèmes avec la justice n’empêche pas de se mettre bien apparemment !

 

 

28 juin 2012

La Haute Cour de justice de Auckland déclare le raid de perquisition du 20 janvier illégal car basé sur des mandats de perquisition non-valides. La copie des données qui a été réalisée par le FBI au mois de mai est également jugée illégale.

 

29 juin 2012

Une requête d’irrecevabilité a été déposée et sera jugée le 27 juillet, les charges à l’encontre de Kim Dotcom et ses associées ont de bonnes chances d’être abandonnées. Kim Dotcom a également demandé une rallonge afin de pouvoir continuer à payer ses avocats, qui a pour le moment été refusée. Cette demande pourra être ré-examinée si jamais la motion d’irrecevabilité est rejetée.

 

10 juillet 2012

Le porte parole de l’avocat de Kim Schmitz a annoncé que l’audience d’extradition du fondateur du site a été repoussée à mars 2013, alors qu’elle était prévue initialement pour dans quelques semaines.

 

11 juillet 2012

 

La suite le 27 juillet, date à laquelle l’abandon total des charges contre MegaUpload sera examiné.


A lire aussi


A voir aussi